Mon cher petit lion,

Aujourd'hui à la radio on a parlé de la jeune fille qui a essayé de se tuer en sautant du pont à la sortie de Saint Pierre. Elle était désespéré pour une histoire de coeur. C'est fou la plus part du temps quand les gens veulent se tuer c'est à cause d'une peine de coeur. A quel point avons nous tant besoin d'amour pour croire que l'on ne peut pas vivre sans.. Je me rappelle parfois comme tu allais mal à cause de ce qui c'était passé avec ta copine... Je me rappelle de la quatre voix, de l'alcool et du reste que tu m'as raconté je n'ai rien oublié.. Et souvent je suis amère quand je pense à cela, car pour moi je ne crois pas qu'il y ai eu une seule larme.. Je me rappelle quand on ne s'est plus parlé parce tu avais recouché avec elle... Tu n'as pas pleuré tu t'es mise au sport. Et je ne me rappelle plus très bien comment on a fait pour se reparler après... Certainement parce que je ne voulais pas lâcher... J'ai jamais voulu renoncé et pourtant c'est ce que j'ai fait... Quand tu m'as dit que tu ne voulais plus de moi dans ta vie...

Parfois je me demande si j'aurais du m'obstiner et continuer à te courir après même après ce que tu as dit. Pourquoi je l'ai pas fait? Comme à chaque fois j'ai plusieurs explications et raisons à cela.. Parce que tu as touché ma fierté en parlant du fait que si tu continué à me parler ça serait par pitié. Et s'il y a bien une chose que je ne supporte pas c'est la pitié. Ensuite tu as dit que je suis incapable de respecter les choix des gens, que je crois savoir ce qui est mieux pour les gens. Écoute tu vois j'ai respecter ton choix même si je considère qu'il est mauvais et même si je ne l'ai pas compris...J'ai respecté ton choix, j'ai du renoncer à ce que j'avais de plus important dans ma vie à ce moment là... Toi!  Mais il faut bien que je te l'avoue aussi, si je ne t'ai pas harcelé, couru après comme une dingue, si je ne me suis pas battue encore une fois pour toi et que j'ai jeté les armes c'est...par peur.. Et si tu lisais ce que je suis en train d'écrire je pense que tu serais en train de rire. Je n'arrêtais pas de te dire que tu es un lion bien peureux alors que je le suis encore plus que toi... Tu veux savoir de quoi j'ai peur... J'avais peur de souffrir encore et encore, que tu me jette et de te perdre définitivement. Et quand je lis ce que je  suis en train d'écrire je me rend compte du ridicule de mes propos. Parce que au final, tu ne fais plus partie de ma vie si ce n'est dans mes pensées, je t'ai perdu et je ne sais absolument pas comment te recupérer ou même si tu le veux. Et puis je souffre encore et encore...pitoyable il n'y a que cela à dire...

Tu sais je repenses à la fille dont je t'ai parlé en commençant, celle qui voulait se tuer. Elle m'a fait repenser à la fois où je suis allée à ta falaise. C'était quelque temps après notre dernière conversation. J'étais la au bord du précipice, le vent soufflait si fort qu'il séchait mes larmes à peine coulées. J'ai fermé les yeux et j'ai sentie le vide m'appeler. Tout aurait été si simple, si tout s'arrêter là. Plus d'attentes, plus de souffrances, juste le vide et puis plus rien.. Cette falaise était parfaite tu m'avais dit de choisir un autre endroit si je décidais de me tuer, mais je voulais le faire là... Pour que cela te force à te souvenir de moi. Oui c'est ridicule je sais vu que c'est pas ça qui ferra que tu te rappellera qui je suis et tout ce qui serait resté ça aurait été l'idée que je suis une taré. Mais sur le coup ça me paraissais totalement censé. Qu'est ce qui m'a arrêté? Le petit bout d'ange (oui encore lui il est chiant quand il s'y met). Je me suis rappelé d'une promesse que j'ai faite le 14 février 2013 à quelqu'un qui l'a emporté avec elle se jour là. En lui disant au revoir je lui ai promis de ne jamais renoncer et de vivre que qu'il y avait a vivre. Et quand je fais une promesse je la tiens. Et je me suis rappelée que sans doute quelqu'un quelque part avait besoin de moi et pour cette personne que ça soit toi ou quelqu'un d'autre je ne peux pas renoncer. Alors j'ai remis à plus tard le fait de remonter la haut pour m'assoir sur mon fameux nuage et contempler ce monde au quel je me sens parfois étrangère... Et puis je dois te prouver que les gens bien vive longtemps donc  il faut que j'ai une longue vie aussi! En tout cas depuis ce jour la je ne m'approche plus trop du bord de peur que cette envie me reprenne.

Mon petit lion je te laisse,

A bientôt