Mon cher petit lion,

Mon week-end s'achève et je me demande comment s'est passé le tien. Ce week-end comme tout les week-end pour moi c'était en famille, à ceci près que même samedi j'étais en famille. Samedi on a fait un pic nique avec la famille de mon père. On ne la voit pas souvent ce coté de la famille, mais de temps en temps mon père aime bien réunir son clan. Enfin de son coté c'est les enfants de son frère mort qu'il réunit parce qu'il ne veut pas qu'il perde le lien familial maintenant que leur père est parti.. Surtout que tout ces enfants n'ont pas la même mère. Bref ceux sont des histoire de famille sans importante pour toi.

Dimanche on était chez ma tant comme tout les dimanche. C'était le dernier dimanche de ma cousine... Et oui elle a eu son bac et s'en va pour la métropole. Elle va énormément me manquer. Cette année on s'est beaucoup rapproché pour différentes raisons. Mais le plus important c'est quelle commence une toute nouvelle partie de sa vie et j'en suis heureuse pour elle.

Je me rappelle de ce que tu avais dit sur le faite que j'aimais faire la fête et que je ne respectais pas ma grand mère. J'étais en deuil et j'ai amené ma cousine en boîte. Je ne le regrette pas parce que maintenant c'est elle qui s'en va. Et il se passera du temps avant que l'on soit de nouveau réunit. Tu sais je ne pense pas que c'est manqué de respect au mort que de continuer à vivre, parce que justement je pense qu'il faut continuer à vivre. Si on les garde dans notre coeur eux aussi continue a vivre au travers de notre mémoire et de nous. Et je pense que ma mémé serait heureuse de voir que malgré son départ on est toujours unis...  Ce que tu as pu dire sur mon manque de respect à la mémoire de ma grand mère m'a fait mal sur le coup, mais je t'ai pardonné...

Y avait-il vraiment quelque chose à pardonner? Je crois que les mots sont une arme que bien peut de gens savent mesurer la force et l'impact. Tes mots m'ont blessé pas toi. Et maintenant je sais pourquoi. Parce que ce que tu pense de moi m'importait énormément à l'époque. Tu ne voyais en moi que quelqu'un qui profite de tout, qui oublie et ne fait que jouir des plaisir de la vie. Tu t'es faite une image de moi qui est bien bien loin de ce que je suis en vérité. Mais ce n'est pas toi que je dois blâmer dans l'histoire. Si tu as eu cette image c'est certes à cause de tes peurs mais aussi parce que dans une certaine mesure c'est ce que je t'es renvoyé. Et s'il y a bien une chose que je souhaite c'est qu'un jour tu saches qui je suis réellement... Mais ça je pense que ça n'arriveras pas. Car pour l'instant moi même je sais pas vraiment qui je suis...

Et je me rappelle quand tu m'as pris dans tes bras la dernière fois qu'on s'est vu, tu m'as serré fort contre toi et tu m'as demander pardon... Et la je souris parce que je me rappelle te l'avoir dit il n'y a rien à pardonner parce que je ne t'en veux pas. Et si tu besoin de mon pardon je te le donnerai toujours car c'est avant tout à toi qu'il faut pardonner. Pour moi le pardon c'est un acte d'amour. Mais j'ai appris (ben oui pendant ces trois mois j'ai mûris un tout petit peu quand même) qu'il est facile de pardonner aux autres mais que le plus important et le plus difficile c'est de se pardonner à soi. Et je sais que toi, il y a des choses que tu ne te pardonnes pas... Je comprends comment cela peut être dur à vivre parfois, car moi aussi il y a des choses que je ne me pardonne pas certes bien moins grave mais chaque blessure est propre au coeur qui le supporte. Et tout les jours j'essaie de me pardonner car vivre dans la culpabilité n'est pas bon, ce n'est pas une vie.. Et j'aimerais pouvoir me pardonner de t'avoir laisser et d'être partie sans donner de nouvelles pendant 10 jours. Et je m'en veux aussi de ne pas t'avoir courru encore derrière à mon retour.. Et j'en pleure souvent de cette culpabilité, de me dire que c'est de ma faute tout ce qui arrive la... Si j'étais resté tu serais encore au près de moi...

Alors pourquoi je suis partie, pourquoi ne suis-je pas restée au près de toi alors que je savais que tu avais besoin de moi. Je savais que tu allais perdre quelqu'un quand je suis partie, je savais que tu allais être confronté au deuil, mais je suis partie... Je suis bien égoïste n'est pas? Je voulais juste que tu ressente le manque que je ressentais tous les jours sans toi. Je voulais que tu te rends compte de ce que ça fait de ne plus m'avoir à tes cotés... Mais j'étais là je t'ai écris tout les jours, j'ai pensé à toi tous les jours et je n'avais qu'une hâte te retrouver. Je t'ai dit que tu pouvais m'écrire mais tu ne l'as pas fais... Pas une seule fois tu as laissé entendre que tu avais besoin de moi.. Moi j'avais besoin de savoir que tu avais besoin de moi... même juste un peu... Comme on dit j'ai cherché j'ai trouvé. Quand je suis rentrée tu m'as dit que tu vivais mieux sans moi que tu étais bien mieux sans moi, que je suis un stresse dans ta vie, que le passé c'est le passée et que tu veux vivre au présent.. Et quand j'écris ça moi je me dis que sérieusement je suis une pauvre imbécile parce que moi je vies toujours au passé sur des souvenirs qui en réalité ne semblent important qu'à mes yeux... Quel être bien pitoyable je fais tout de même!!! Et parfois j'aimerais taire cette petite voix qui me dit qu'il ne faut pas abandonner que même si tout cela n'est que le passé, il faut s'y accroché car l'avenir sera bien meilleur. Abruti de petite voix! On a beau déplumer ce petit ange il est encore là!!

En passant je me demande si tu as vraiment abandonné tes histoire de vengeance... En tout ça je l'espère car la vengeance est un poison qui dévore les coeurs de ceux qui ne vivent que pour l'assouvir. Et puis une fois que tu t'es vengée tu te sens pas mieux ou peut être juste sur le coup. Enfin je sais pas je me suis jamais vraiment venger de quelqu'un même s'il y a quelqu'un que j'aimerais faire souffrir j'en suis bien incapable... Qui tu te le demande? C'est pourtant évident, je ne connais pas son nom, j'ai juste vu son visage mais parfois mon petit coté noir à une haine profonde qui remonte de mes entrailles juste pour elle : ta chère copine. Parfois je la hais si fort que ça me brûle de l'interrieur. Je pourrais me venger, j'ai son numéro tu sais et même je suis sur que je pourrais la retouver si je le voulais...Mais je n'en ferrai rien. Pourquoi? Tu n'as toujours pas compris hein.. Pour ce tout petit bout de moi qui lui ne souhaite pas se venger car il est empli de compassion et d'amour. Il ne veut pas car il sait que cela te ferai du mal. Au fond, il sait que c'est elle que tu aimes et que par amour pour toi, il ne souhaite pas te faire du mal au travers d'elle. Et puis au fond qu'à t'elle fait si ce n'est être arrivée avant moi dans ta vie...Et tout le mal qu'elle a pu te faire, tu as bien voulu qu'elle te le fasse. C'est à toi de dire stop et c'est bien pour cela que je ne t'ai jamais demander de la quitter pour moi. Je voulais que ça vienne de toi... Il faut croire que ça ne viendra peut être jamais, même si la petite voix me dit qu'on ne doit jamais dire jamais...

En tout cas sache que même si j'ai souffert dans tout ça, que je souffre encore aujourd'hui et peut être que je souffrirais encore de tout cela... Sache que je ne t'en veux pas. Il n'y a rien à pardonner, mais que si tu as besoin du pardon je te le donnerai toujours avec le plus grand des sourires. Si aujourd'hui je souffre c'est parce que je le veux bien, parce que je suis implacable de prendre mon courage à deux mains et de te demander si c'est encore possible. C'est aussi parce que j'ai décidé d'écouter mon coeur et que pour le moment c'est toi qu'il réclame et à cela je n'y puis rien. Je pense que je l'ai suffisamment fait taire dans ces trois mois et bien mal m'en à coûter... J'espère qu'un jour je me pardonnerais de cela d'ailleurs....

Petit lion je te laisse sur ces mots,

A bientôt (comme toujours)