Mon cher petit lion,

Je suis allée dans le sud aujourd'hui. J'ai vagabondé un peu partout sans trop savoir où aller. Et le vent m'a emmené jusqu'au dernier endroit où l'on s'est vu. Je me suis assise là où l'on s'etait assis et j'ai contemplé la mer. Le vent soufflait si fort qu'il mururait à mes oreilles des souvenirs si doux que j'ai souris. Pourtant il flottait dans l'air une certaine mélancolie. Je ne sais pas exactement combien de temps je suis restée là assise, la tête dans les souvenirs et le coeur sur un océan d'image qui le chavire et l'enivre d'un alcool trompeur car souvent apporte de la douleur... Et puis une chanson a raisoné dans mon corps comme un cri que poussait mon âme.

TRADUCTION :
Plus de larmes, mon coeur est sec
Je ne ris pas et je ne pleure pas
Je ne pense pas à toi tout le temps
Et quand je le fais, je me demande pourquoi

Tu dois sortir de ma vie
Et partir comme tu l'as fait autrefois
Je sais que j'ai dit que j'étais sûr
Mais les hommes riches ne peuvent s'imaginer pauvres.

Un jour bébé, nous serons vieux
Oh bébé, nous serons vieux
Et penserons à toutes ces histoires qu'on aurait pu raconter

Petit moi et petite toi
Continuions à faire les choses qu'ils font
Ils n'ont jamais vraiment pensé à ça jusqu'au bout
Comme je ne peux jamais penser que tu es réelle

Et revoilà - le blâme
La culpabilité, la douleur, la douleur, la honte
Les pères fondateurs de notre avion
Qui s'est coincé dans de lourds nuages de pluie.

Un jour bébé, nous serons vieux
Oh bébé, nous serons vieux
Et penserons à toutes ces histoires qu'on aurait pu raconter.